Protection biologique

image setsIl y a quelques mois, nos amis Raymonde et Alain nous ont amenés 5 charmantes petites boules de duvet : des oisons de Guinée.

Non, ça n'est pas pour les gaver et en faire du foie gras et des confits qu'ils nous les ont offerts!

C'est dans le but d'en faire des "chiens de garde" pour nos canards.

 

 

Alors que les clôtures électriques protègent bien notre élevage des attaques de prédateurs terrestres, nous avions de plus en plus de soucis avec des attaques de corbeaux, buses et milan royal.

Des éleveurs nous ont fait part de leur utilisation d'oies pour résoudre ce problème. Nous avons donc voulu essayer avec ces 5 oisons qui se sont révélés être 4 jars et une oie.

Lorsque la première bande de canetons de cet été ont atteint l'âge d'aller dehors, nous avons voulu attendre qu'ils soient un peu plus grands pour y mettre les oies.  Nous avons donc ouvert la canetonnière sans protection.

image setsLe résultat a été immédiat : le lendemain les restes d'un caneton gisait dans l'herbe. Sans plus attendre, nous avons amenés l'oie et un jar.

L'acclimatation a demandé un peu de présence : les canetons ont immédiatement été attirés par ces "parents" qui eux ne comprenaient pas ce que leur voulaient cette troupe grouillante et ont donc essayé de les chasser.

Au bout d'une heure, les oies se sont calmées et ont acceptées la présence des canetons.

Les jours suivants, en faisant le tour du parc, miracle! : plus aucune attaque.

 

Quelques temps plus tard, une autre bande de canetons étaient en âge de sortir. Le couple d'oie avait suivi sa bande qui avait alors 5 semaines. Elle paraissait suffisamment avancée pour ne plus craindre les prédateurs, même si quelques milans royaux rodaient dans le quartier. Ils furent donc amenés dans le parc des petits et la femelle s'occupa immédiatement des canetons.

image setsLe jar lui restait près de la barrière qui le séparait des jeunes canards.

Patatras : le lendemain deux cadavres signaient l'attaque des milans. Le jar fut donc réintroduit avec ses protégés et à nouveau tout est redevenu tranquille.

Depuis, la nouvelle organisation s'est mise en place : à chaque nouvelle bande de canetons, l'oie femelle y est amenée et remplacée par un jar qui suit la troupe jusqu'à son entrée en gavage. Ils continuent d'assurer une protection, notamment contre les attaques de vison d'Europe qui hantent le ruisseau et peuvent s'attaquer aux jeunes canards.

Au-delà d'assurer ce rôle de protecteur , ces oies amènent d'autres gros avantages.

La femelle est particulièrement maternelle et s'occupe à merveille des canetons qui semblent beaucoup plus tranquilles et sereins.

Les mâles eux, servent de grands frères aux jeunes canards qui sont un peu perdus les premiers jours dans les grands parcs : les jars leurs montrent toutes les ressources à explorer.

image sets

 

Cette expérience constitue une avancée notable dans la gestion de notre élevage et nous ne remercierons jamais assez Alain et Raymonde de leur cadeau.