Les clôtures - Des piquets en plastique recyclé

 

image setsPlus de 3 kilomètres de bordures de parc à sécuriser nuit et jour contre des prédateurs redoutables, l'enjeu était important pour la tranquilité et la réussite de notre élevage.
En effet au-delà des pertes directes, l'intrusion de renards, fouines ou autres tueurs de canards provoque chez les survivants un stress important qui perturbe leur croissance, peut provoquer par réaction des maladies et amène en gavage des canards nerveux et craintifs.


Au bout de quelques années d'essais divers nous en sommes arrivés à un type de clôture qui nous donne aujourd'hui toute satisfaction et nous permet de dormir sur nos deux oreilles.

L'ennemi principal étant le renard, la clôture est d'abord conçue pour lui résister (en général, si le renard ne peut pas passer, rien d'autre ne passe). Le renard a pour caractéristique d'être aussi rusé qu'il est fainéant. Il peut certes creuser pour passer sous la clôture, mais s'il peut faire plus facilement, en sautant par dessus par exemple, il le fera d'abord. De ce constat, nous avons conçu nos clôtures de la manière suivante :

  • image setsune clôture de 1,2 m de hauteur : moins haut, un renard ou un chien peut sauter par dessus sans la toucher; plus haut, cela leur paraitra infranchissable et ils essaieront plutôt de creuser pour passer par dessous. Le but est de les inciter à essayer de sauter pour qu'ils touchent les fils électrifiés.

  • deux fils lisses électrifiés par la clôture électrique la plus puissante que nous ayons trouvé et qui délivre des impulsions de plus de 10.000 volts sont fixés sur le sommet des piquets. C'est pour cela que nous avons pris des piquets en plastique, car en plus d'être imputrescible, ils sont isolants et les fils peuvent être directement crampillonnés dessus.

  • un grillage à maille fine dont 25 cm sont posés au sol vers l'extérieur, de manière que la végétation en poussant au travers l'enracine fortement au sol. Le prédateur voulant creuser va essayer au pied de la clôture et va buter sur ce grillage : il aura difficilement le réflexe de reculer pour passer par-dessous, sauf si le grillage n'est pas bien pris dans les racines.


Mise en oeuvre :

  • image setsDes piquets en plastique recyclé de 80 mm de diamètre et de 180 mm de long sont, à l'aide d'un gabarit, cloués de 4 crampillons galvanisés à 70, 150, 650 et 1150 mm du haut.

  • Ils sont plantés à l'enfonce pieu de manière à laisser dépasser le premier crampillon de 3 ou 4 cm du sol. Un cinquième crampillon est ensuite cloué sur le sommet.

  • Tous les angles et au maximum tous les 80m, des poteaux en tube galvanisé de 100 mm sont scellés avec du béton en ne laissant émerger que 1050 mm. Un piquet plastique est scellé à l'intérieur et dépasse d'une vingtaine de cm. Des tendeurs sont fixés sur ces poteaux aux mêmes hauteurs que les crampillons sur les piquets.

  • image setsDu fil lisse galvanisé de 3 mm est passé dans les crampillons, fixés puis tendus sur les poteaux.

  • Du grillage galvanisé de maille 25 et de 1250 mm de haut est posé sur les 3 fils du bas avec des agrafes, les 25 cm du bas supplémentaires étant repliés vers l'extérieur et bien plaqués au sol.

  • Les deux rangs de fil du haut sont branchés sur un poste fixe de clôture électrique .