Evolution des techniques - Nos débuts

 

Nos premiers essais de gavage en 1982 se sont faits à l'ancienne, dans un coin de hangar où des parcs ont été aménagés sur une litière de paille. La machine à gaver, de fabrication maison, était une copie de ce qui se faisait de mieux à l'époque, la gaveuse "israelienne" : un cadre comprenant un moteur électrique à une extrémité; un arbre et un système d'embrayage / multiplicateur de vitesse; un cardan et un entonnoir classique.


Nous avons ensuite aménagé une salle de gavage dans l'ancienne étable en réalisant 12 parcs de 3m * 1m , chacun permettant de loger une quinzaine de canards. Le plancher, constitué d'un caillebotis métallique, permettait de collecter les déjections en dessous pour ensuite les envoyer dans la fosse existante au moyen d'un racleur.

Lorsque nous avons achetés la maison sur la place du village et que nous avons entrepris en 1991 la construction d'une nouvelle salle de gavage, nous avons opté pour le système à la mode, c'est à dire les cages individuelles :

 


Mais très rapidement nous nous sommes rendus compte que cette technique, si elle facilitait énormément le travail du gaveur, dégradait les conditions de vie des canards, avec les conséquences que cela engendre sur la qualité des produits obtenus.
Nos pauvres canards, habitués aux grands espaces et aux baignades prolongées dans le ruisseau, supportaient très mal d'être enfermés dans cette minuscule caisse qui les comprimaient de plus en plus à mesure qu'ils prenaient du poids.
De plus, le manque d'activité fragilisait les os et le simple fait de les prendre par les ailes engendrait des fractures.

Au bout d'un an, ce système a été définitivement abandonné pour revenir à un système de parcs collectifs, sans pour autant trop dégrader les conditions de travail des gaveurs.