Historique - Ces dernières années

Binage Depuis l'installation de Jean Michel en 1982, la ferme s'est progressivement consacrée à l'élevage et la transformation de canards, abandonnant au fur et à mesure les productions traditionnelles : boeufs de boucherie et maïs pour la vente.


Les raisons?

  • La petite taille de la ferme et sa faible fertilité ne permettaient pas de dégager de revenus suffisants en continuant de produire des matières premières pour les industries d'aval.
  • Notre désir profond était de ne plus être dépendant des marchés de gros en mettant en place un produit fini que nous maitriserions de bout en bout. Le rapport de force entre paysans et acheteurs d'aval est trop disproportionné pour que la production agricole rémunère normalement ses coûts de production. Et, malheureusement, les outils collectifs tels que les coopératives, mis en place pour créer des alternatives, se sont souvent révélés à la longue pire que le problème qu'ils étaient censés résoudre.
  • De toutes les productions adaptées aux potentialités de la ferme, celle qui se prêtait le mieux à la transformation et à la vente directe était les volailles grasses.


Pourquoi avoir choisi uniquement le canard?
L'oie, pourtant bien adaptée au terroir et autrefois très présente sur la ferme, exige beaucoup plus de travail pour le gavage : alors que le canard demande à être gavé 2 fois par jour, l'oie nécessite 3 voire 4 gavages journaliers. De plus, la durée de gavage passe de 2 - 3 semaines à 3 - 4 semaines. Au total un travail doublé, alors que le prix du foie d'oie est loin d'être le double de celui de canard.